Il était une fois ... Big Apple

 

  

 Central parc et dernière soirée à New York
 

 
 
Dimanche 16 Mai
 
Ce matin c’est cool, pas d’engagement. Henry a déjà fait un petit tour à la recherche d’un séchoir à cheveux pour Elisabeth, mais n’a pas eu le temps d’aller voir à la « Pharmacy » qui lui avait été indiquée. Nous  y allons donc de concert  après le petit déjeuner pris à l’hôtel et après avoir  procédé à l’enregistrement de notre vol du lendemain via Internet.
Edifiant cette Pharmacy !, on y trouve absolument de tout ! Elisabeth pense avoir trouvé son bonheur mais déchantera en découvrant ultérieurement qu’il ne s’agit pas d’un séchoir mais d’un « fer à friser » qui plus est ne chauffe pas extraordinairement. Elle le laissera dans la chambre à notre départ de New York.
Nous nous dirigeons ensuite vers Central Parc, non sans passer faire une photo de la dette américaine par famille. En effet, un panneau lumineux, en indique en temps réel  le montant, et bien sûr ce chiffre croît de seconde en seconde !
                                                     
Halte dans le pub sympathique découvert la veille et direction central parc.
C’est comme dans les reportages télé, des allées majestueuses, des calèches fleuries, mais après quelques centaines de mètres, nous nous étonnons du monde, de la foule qui nous entoure. Ce n’est pas franchement le jour, il n’y a pas que des visiteurs ou des promeneurs mais aussi des participants à une marche contre le SIDA, et ils sont très nombreux.
Nous poursuivrons en essayant de nous éloigner de cette foule, pour découvrir les charmes de ce parc. Eminemment destiné à la promenade, à la détente, vous pourrez faire de la barque sur ce bel étang, flâner dans les allées, monter au belvédère et au bout du compte avoir quelques miles au compteur des semelles.   Nous prenons la sortie du parc sur la 5ème avenue, bien loin de la 44ème Street, aussi Elisabeth et Henry qui souhaitent depuis longtemps tester le métro newyorkais vont en profiter. Bernard et Ghislaine ne doutent pas de leur capacité à rentrer à pieds.
                                       Rendez vous vers 17h30 pour aller prendre un pot au Marriott, bar tournant au sommet de la tour du même nom.
Les marcheurs n’ont eu aucun problème à terminer leur marche, arrivés plus tôt à l’hôtel, ils en ont profité pour faire leurs valises puis se reposer un peu.
Les « métrophiles » ont découvert un métro un peu glauque, n’ont pas osé ou ne se sont pas mis d’accord pour entrer dans une rame – la signalisation n’était pas top – et leur aventure s’est terminée en taxi, et tant qu’à faire, quand ça démarre mal, sur une mauvaise indication de ses clients, celui-ci les a laissés un peu loin de l’hôtel. Bref peu de temps de repos pour eux avant l’aventure du Marriott. Félicitations à celle qui avait eu cette excellente idée ?
Le guide du routard newyorkais nous avait informés,  il faut prendre un ascenseur « extérieur » pour se rendre au sommet de la tour. Nous suivons les flèches, puis nous postons devant les cabines attendant sagement que l’une d’entre elles s’ouvre devant nous. Sans l’impatience de Bernard nous y serions encore ! Mais heureusement, il a trouvé l’entrée !
En fait l’ascenseur extérieur n’est pas aussi  impressionnant que nous le pensions. Un bar sympathique s’offre à nous, une table pour quatre se libère très vite et nous pouvons tranquillement siroter notre verre, non sans lorgner sur le buffet qui semble lui aussi bien sympathique. Le bar ayant accompli ses 360 degrés, nous partons à la recherche d’un restaurant. Pourquoi  ne pas essayer le Carmine ? Mais l’accueil est le même que la veille et le temps d’attente similaire. Toujours trop long pour nous aussi.
Alors, nous vient à l’esprit le steak house que nous avions écarté le soir de notre arrivée. Facile à retrouver, on tourne à droite à la sortie de l’hôtel, tout simplement. Nous sommes tous quatre biens persuadés de la chose, sauf que…
On ne trouve pas même le restaurant le cinéma, Henry nous rappelle qu’il ne l’avait déjà pas trouvé l’autre matin. Alors on recherche la facture et tout s’éclaire. Ce n’est pas dans la 44ème avenue, mais la 45ème. En effet, réfléchissons deux minutes, le jour de notre arrivée, nous sommes sortis depuis le bar de l’hôtel, donc par l’arrière de l’hôtel et non pas par la porte principale. Ouf le mystère est éclairci.
Bel établissement que ce Steak House, une belle table ronde nous est proposée, le champagne y est bon de même que la viande, la purée ou les frites, même si les filets obtiennent une meilleure note que les TBones.
Henry et Elisabeth poursuivront leur sortie par une dernière virée à Times Square, très fréquenté ce soir-là et la visite du magasin M&M’S.
   

Dernière nuit dans cette ville que nous avons tant aimé et où il reste tant de choses à voir.
 



Créer un site
Créer un site