Il était une fois ... San Francisco

 



C'est une maison bleue ...

 

Samedi 29 Mai

 
Petit déjeuner frugal à l’appartement.
Notre guide, un français installé à San Francisco depuis une quinzaine d’années, vient nous chercher à domicile.

Visite de la ville en Van avec ce chauffeur qui en dit certainement plus qu’il n’en fait, mais au demeurant sympathique.
Nous découvrons les rues en pentes de San Francisco. 1er arrêt à l’hôtel Fairmont et le guide nous conte l’histoire de San Francisco :
- le terrible tremblement de terre de 1906, l’intuition des filles Fairmont à vendre l’hôtel avant cette catastrophe, l’acheteur qui n’a pas eu la même chance et n’aura jamais les moyens de reconstruire
- la ruée vers l’or, l’histoire des beatniks à ne pas confondre avec les hippies.

Pause au pied du Golden Gate bridge , le ciel est bleu, il fait bon. Au loin, un bâtiment de guerre se prépare pour les commémorations de « memorial Day »

 Passage près de la rue Lombard, pause au Fisherman’s Wharf (destination touristique number one de SF), puis le quartier financier - l’aquarium comme il l’appelle en référence aux requins-, le quartier chinois et le café de la presse qui vend des journaux français à prix d’or, Union square, le Transamerica building, la tour Coït, la maison bleue, le square Alamo et les painted ladies nommées aussi les seven sisters, les maisons de toutes les couleurs de Haight Ashbury, le quartier Hippies et son fameux pub le Magnolia, la Marina…. Enfin bref une belle vision de SF.

On s’engage dans le golden gate park, parc urbain plus grand que Central Park à NY, mais malheureusement il y a trop de monde, nous sommes samedi. C’est embouteillé alors demi-tour ça semble très beau, nous y reviendrons.

Passage par Taylor Street, où a eu lieu la fameuse poursuite en voitures du film Bullitt. Pour un peu on se prendrait pour Steve Mac Queen. C’est très pentu et impressionnant.

Il est un peu plus de 13 heures, le chauffeur nous laisse en centre ville, près du quartier chinois. Auparavant, nous avons réservé la journée de lundi avec lui pour un tour dans la napa valley (boire ou conduire il faut choisir). A sa proposition de prendre sa voiture particulière, nous lui affirmons que nous sommes bien dans ce van. Au moins même à trois derrière tout le monde voit bien.

Nous allons alors nous restaurer au café de la presse (on a l’impression d’avoir été téléportés en France). Le steak-frites sera encore d’actualité accompagné de bonnes bières. Il faut bien se préparer au retour prochain au pays !

Passage à l’office du tourisme pour prendre quelques docs sur la route des vins.
Achat d’un passe pour 3 jours qui nous permettra d’utiliser les transports en communs, bien développés à San Francisco.

Destination immédiate pour l’incontournable de SF « le cable car ». Nous sommes sur Powell St, c’est le terminus et à cet endroit le machiniste doit opérer le demi-tour à la force des bras.
Après 45 minutes de queue, on finit par embarquer et nous décidons de faire toute la ligne. Le système de freinage est manuel et simplissime, mais le conducteur s’y accroche bien quand les rues descendent fortement. Nous avons réussi à nous glisser sur les sièges extérieurs, d’autres voyageurs auront la possibilité de nous rejoindre en cours de route mais en restant sur les marches. Franchement c’est extra.

Nous arrivons ainsi à Fisherman’s Wharf, allons prendre un pot dans le resto que nous a recommandé le guide ce matin et en profitons pour réserver pour le soir.

Grande balade ensuite le long des Piers : c’est une suite de bazars, restaurants, de kiosques qui servent des fruits de mer et plus précisément des crabes énormes. Endroit très touristique mais le temps est superbe et propice à la flânerie.
Objectif, Pier 39, pour voir les lions de mer. Ils sont bel et bien là, peu nombreux et se prélassent au soleil, mais la légende qui veut que l’odeur soit insoutenable n’est pas avérée. Ca sent l’air du large mais sans plus.

En face de nous ALCATRAZ. C’est d’ici que partent les ferries pour la visite de l’île. Le temps de faire encore quelques photos, peut être prendrons nous le bateau mardi prochain, pour le moment continuons sur notre lancée.
Au loin se dessine Bay Bridge, il y a quelques centaines de mètres avant de l’apercevoir suffisamment pour une photo.

Elisabeth rend son tablier quand il s’agit de faire demi-tour, Henry l’accompagnera dans les transports en commun. Ghislaine et Bernard marcheront quelques 45 minutes avant de les rejoindre à la boutique de vêtements repérée le matin où la première chose qu’ils achèteront est un sac de voyage pour les achats à venir. Et là c’est la fête à la CB : coupe-vents, blousons, jean levi’s –moins chers qu’à NY- et cadeaux pour la famille et les amis.

C’est l’heure de nous restaurer.
La table des voisins attire toute notre attention, une belle assiette de petits beignets. Sans en savoir plus, Henry commande la même chose pour accompagner notre apéro.
Cela lui vaudra de se voir interroger sur ce qu’il a commandé, des calamars qui sont bien dans l’assiette, ou des crevettes comme l’imaginait Elisabeth. Bonne partie de rigolade sur la mauvaise foi évidente de cette dernière.
On tente la sole pour changer un peu du steak-frites et ce n’est pas décevant. Il commence à se faire tard, nous prenons un taxi pour rentrer, et une bonne petite bière au salon pour terminer cette journée bien remplie.

 
                                                               
 



Créer un site
Créer un site