Il était une fois ... Monument Valley

 


Rencontre avec des Navajos, l'absence d'alcool ne donne pas le sourire !
 
Dimanche 23 Mai

Excellent petit déjeuner  buffet  à l’hôtel, un grand choix aussi bien salé que sucré et les muffins tous chauds, un régal  !!!
Si le soleil est déjà là, il fait trop de vent pour s’extérioriser, quelques téméraires sont néanmoins sur la terrasse. Nous partons vers 9h pour Monument Valley. Il y a environ 120 miles à parcourir, à peu près 2h30 de route. Premier arrêt pour faire le plein d’essence et c'est parti.

Tout va bien, pas de paysage extraordinaire comme nous en avons vus depuis le début de notre voyage vers les parcs nationaux.
C’est plutôt désertique et sablonneux, mais bien vivant dès que le vent se met à souffler en rafales, c’est ce que l’on peut appeler tempête de sable. On ne voit pas grand-chose par moment, aussi Elisabeth en manque de commentaire sur ces paysages qui n’en demandent pas, profite de la vue d’un petit silo métallique pour attirer très sérieusement notre attention sur l’industrialisation de la région. Je crains que la photo qui pouvait témoigner de cette industrialisation n’ait été classée verticalement, dommage, mais pas grave, c’était si évident que c’est gravé dans nos mémoires.

Nous traversons la petite ville de Kayenta, elle ne jouit pas d’une terrible réputation, mais si les guides la qualifient de poussiéreuse c’est sans doute à cause de ces tempêtes de vent.
Nous approchons de Monument Valley ,des petites boutiques indiennes apportent des touches de vie à ce panorama rocheux. Nous y ferons quelques arrêts photos. 
Nous commençons à voir surgir du désert plat et sablonneux d’énormes sculptures rocheuses, et de loin nous reconnaissons déjà celles que nous voyons dans tous les reportages.

Nous arrivons à l’hôtel vers 13h, les Harleys qui suivent le même itinéraire que nous sont déjà là. L’hôtel est situé directement sur le site, face aux 3 buttes. L’accueil n’est pas très chaleureux, voire même désagréable ( sans doute le mauvais temps !!! ).
Le visitor center est fermé pour cause de travaux et les chambres ne seront pas prêtes avant 15h30 – 16h. Après un premier reportage photos à l’intérieur, le hall est assez joli, une immense cheminée décorées de petits indiens très colorés, des sculptures plus importantes des indiens à cheval, des fauteuils partout et ouf un bar. Nous allons goûter notre première bière sans alcool. Bof, c’est buvable, Bernard reste au thé glacé.

Nous décidons de faire la « scenic drive » piste de 17 miles de suite, pourvu que la voiture se laisse faire, en position 4X4 cela devrait aller.
Nous prenons le chemin de sable et de cailloux, très sinueux et pentu au départ, nous serons bien chahutés pendant tout le parcours, ce qui donnera sans doute de belles photos poubelles. Les arrêts sont souvent agrémentés de sable et de vent, les photos ne seront que le témoignage de ce temps bien chaotique.
Depuis notre arrivée en Amérique, c’est la première fois que nous avons un si mauvais temps et c’est aussi la première fois que nous rencontrons des gens pas très sympa. Business is business, même en remplissant de touristes des camions ouvert à tous les vents. Les pauvres gens ont des foulards qui ne laissent entrevoir que les yeux, pour se protéger autant que faire se peut. On ne regrette pas d’avoir pris notre voiture.

Sur le chemin du retour on remarque que la structure de l’hôtel est parfaitement intégrée au paysage, de la même couleur ocre – rouge que la roche. On récupère les chambres vers 16h. Celles-ci sont simples et colorées et équipées d’un petit balcon rempli de sable. Une bonne douche pour enlever le sable rouge qui s’est infiltré partout et rendez vous pour l’apéro à 17h30.
C’est là que nous sommes contents d’avoir gardé les bières achetées à Bryce mais aussi les chips and co de notre voyage NY – LV. Ce petit encas est sympathique, tout est bon quand on a faim.

Le repas sera plus que moyen, toujours aussi peu de sourire des Navajos.
ça traîne en longueur pour une viande pas terrible. Grand moment que la découverte du vin sans alcool. Imbuvable. Seul, Bernard se forcera à le boire avec de l’eau, les 3 autres se rabattent sur la bière sans alcool.

Petit tour dans la boutique : il y a affluence de clients à la recherche de vêtements chauds. Henry et Elisabeth , frigorifiée comme à son habitude, s’achèteront une polaire en vue du froid qui pourrait sévir au Grand Canyon ( la météo annonce une température à peine positive) mais aussi du froid ambiant. Pour Bernard et Ghislaine pas de coup de foudre ou pas de taille disponible dans ce qui pourrait leur plaire. Impossible de sortir vu le temps, il n’y a rien à faire alors à 21h extinction des feux !

Lundi 24 mai : Un dernier tour de piste

Ce matin nous guettons le lever du soleil recommandé par tous les guides. Les courageux iront sur la terrasse vers 5h30. Inconscients, ils sont partis sans leur coupe vent, mais le courageux Bernard ira les rechercher. Il fait un vent et un froid de canard sur cette terrasse, et enfin le soleil se lève. Quelques photos et retour à la chambre pour se réchauffer avec un petit café bien mérité. En fait pendant que les courageux étaient sur la terrasse, les autres observaient le spectacle depuis leur balcon et l’intérieur de leur chambre puis en avaient profité pour faire une nouvelle ballade motorisée.

Petit déjeuner à 8h. Celui-ci sera sans surprise, comme chez les Navajos !!
Comme le temps s’est calmé nous nous décidons pour un nouveau tour de piste avant de prendre la route. C’est sûr que les paysages sous le soleil – ce dernier joue quand même à cache – cache – c’est quand même plus agréable que la veille.


                                                          
Créer un site
Créer un site