Il était une fois ... le Grand Canyon

 
 

A l'assaut du Grand Canyon !
 
Lundi 24 Mai

Nous quittons Monument Valley pour le Grand canyon. Il est 9 heures. Nous avons 177 miles à parcourir soit 3 h 30 de route.
Nous entrons par l’est du parc et nous arrêtons au premier point de vue « Desert View » à 2267 mètres d'altitude (7438 pieds). Le Grand Canyon nous offre un paysage grandiose, très impressionnant, dévoilant le fond de sa gorge, serpentée par la rivière Colorado. Une touche de bleu turquoise entre les buttes et les falaises rouges.
Une magnifique tour ( Watch Tower ) en cours de réparation et toujours le soleil.

Nous nous dirigeons vers l’hôtel « Bright Angel Lodge ». Ce soir nous dormirons dans des petites cabanes individuelles dans le parc, les historic cabins.
Plus nous approchons et plus il y a de voitures, il faudra même se garer en double file pour aller à la réception. Les chambres ne seront pas prêtes avant 16h.

Nous avons le temps de visiter le parc, en voiture jusqu’au visitor center, avec une pause pipi qui s’impose avant de prendre la navette, c’est un détail qui aura son importance. Nous allons nous renseigner pour l’hélico du lendemain, on ne peut pas réserver ici, il faut soit téléphoner, soit réserver par internet, nous choisissons d’y aller avant notre retour à l’hôtel.

Un petit tour de navette et nous nous engageons dans une longue marche agréable, au bord du canyon et le long de la forêt en triste état par moment. Des arbres brulés, à la suite d’incendies involontaires ou de l’écobuage. Sur le chemin, nous croisons un touriste qui nous demande en anglais si la route est praticable et jusqu’où elle va. Curieusement on comprend ce qu’il nous demande. Après une réponse à la hauteur de notre anglais, nous découvrons qu’il est Français, alors on papote un peu plus longtemps, en fait il vient de San Francisco où vit son frère, il a aussi loué une voiture pour faire quelques parcs, mais nous confirme que nous n’en aurons pas besoin à SF.

Nous longeons le grand canyon, l’effet n’est pas du tout comme à Bryce mais c’est une immense crevasse sans limites apparentes, c’est vrai qu’il s’étend sur 450 kilomètres de long, de 30 à 300m de large et frôle les 2 kilomètres de profondeur. C’est plus difficile pour trouver le bon cadrage pour les photos.
Le visitor center est en vue. A 2 mn, il paraît qu’il y a un très joli point de vue « Mather Point », nous y allons. C’est encore une belle promenade, sauf qu’il y a des travaux partout et les déviations piétons l’allongent considérablement.

Au retour, génial, nous tombons immédiatement sur les WC découverts à notre arrivée. Ce n’est pas compliqué le parking est derrière et la voiture sur la droite. Sauf que la première route à droite est fermée pour cause de travaux. Nous nous engageons dans le parking à la recherche de notre voiture. On parcourt toutes les allées vainement, on revient sur nos pas, toujours rien.
C’est là qu’Elisabeth voit la pancarte indiquant l’emplacement de la navette, suivre cette pancarte signifie qu’il faut tourner le dos au parking. Le doute nous envahit, mais Elisabeth est formelle, notre voiture est garée près de l’arrêt de la navette. Alors nous y allons avec espoir mais sans grande conviction, rappelons nous, la première chose que nous avions fait en quittant la voiture était la pause pipi, les WC sont là, et la voiture normalement sur le parking juste derrière.
Nous suivons le guide, et le mystère s’éclaircit, mais oui, il y a bien un parking aussi, et surtout le bâtiment des WC strictement identique à celui qui nous a induits en erreur. Un peu plus d’attention de notre part, nous aurait évité ce moment de panique. Il suffisait de se souvenir que la réception du visitor center était tout à coté, comme maintenant. C’est plus facile dans ces conditions de retrouver notre belle Chevrolet.

Nous prenons la direction de l’héliport Papillon situé à Tusayan. Les anglophones – Bernard et Elisabeth – vont se renseigner pendant que les autres reconnaissent la boutique. Les premiers vols du matin sont déjà complets, nous choisissons 8h30, il faudra y être vers 8h pour les préparatifs.

Retour à la réception de l’hôtel, il y a toujours autant de voitures.
Une dame super sympa nous indique que l’on peut se garer devant l’une des cabanes si la voiture y loge sinon, il y a des places un peu plus haut.
On y va, on décharge et, c’est royal, l’emplacement pour la voiture est pile poil devant le panneau d’interdiction de stationner, qu’à cela ne tienne, si la place n’est pas grande elle suffira quand même pour notre grosse voiture.

Visite des petites maisons communicantes, c’est original, un peu rustique mais à 2 pas du grand Canyon. Ce qui est bien ce sont les moustiquaires aux fenêtres, au moins il n’y aura pas de bestioles.

Mais c’est l’heure de la petite bière, nous prenons la direction du bar, lumière tamisée et bière locale, on en profite pour aller remercier la petite dame pour le tuyau du parking !

Retour vers la chambre pour un brin de toilette avant d’aller manger. Notre choix s’est porté sur « The Arizona room » bien noté dans les guides.
Bernard et Elisabeth prennent les devants pour aller réserver une table : problème, ils ne prennent pas de réservation ! Il y a déjà la queue alors qu’il n’est que 18 heures !
Bernard usera de tout son charme et ils reviennent quelques dix minutes plus tard, le sourire aux lèvres et une clé électronique à la main. Il leur a fallu insister et négocier âprement pour obtenir cette réservation.

Une petite ballade dans les environs et on s’installe après une courte attente. Le dîner sera très bon.
Un passage obligé par la boutique et nous retrouvons nos cabanes pour la nuit. Les visiteurs sont partis et le parc a retrouvé le silence.

 

Mardi 25 mai : Le Grand Canyon vu du ciel


Ce matin, il ne faut pas perdre de temps, nous devons nous envoler à 8h30. Comme d’habitude, nous sommes prêts à l’heure.
Bernard aura le temps de marcher un peu et de découvrir un petit chemin de randonnée et son petit tunnel, le Bright Angel Trail. Le départ est situé juste derrière nos bungalows.
Petit déjeuner à la carte, pas de buffet aujourd’hui, mais c’est très sympathique quand même, sauf que nous sommes un peu pressés et que nous avons hérité du serveur le moins nerveux et le moins rapide.

Fort des conseils prodigués la veille, nous partons sans sac à main. Passeport et carte bancaire suffisent. Sauf que nous avons seulement oublié que l’héliport était à l’extérieur du parc, et nous n’avons pas pris le pass qui est dans le porte monnaie rouge. Peu importe il est trop tard pour faire demi tour, nous verrons bien à notre retour comment cela va se passer.

Arrivés chez Papillon, nous devons passer sur la balance, histoire d’équilibrer les poids dans l’hélicoptère. Cela est très discret, en fait dès que vous vous approchez du bureau, les balances sont intégrées au sol, et la charmante hôtesse ne vous donne pas le résultat (ouf ! certaines l’ont échappée belle ), mais seulement un petit papier sur lequel est inscrit le numéro de votre place dans l’hélico. Ensuite petit film pour délivrer les conseils en cas d’incident ou d’accident. On ne peut pas dire que cela soit très rassurant. Nous avons choisi un appareil un peu plus gros, du coup nous partirons avec un couple d’Allemands. Laurel et Hardy, c’est lui le gros et elle la petite.

L’heure H arrive, nous nous dirigeons vers l’appareil, Bernard a la place de choix auprès du pilote. Les filles leur tournent le dos, Henry face à Elisabeth, l’allemand au milieu et la petite face à Ghislaine près de la fenêtre. Ce placement étonne le pilote qui demande à la personne au sol de vérifier l’allocation des places. Cela se terminera par un échange entre Laurel et Hardy « may be, we changed ! may be ». La petite aura du mal à voir, peut être même à respirer, coincée entre son compagnon et Henry !

Le décollage se fait en douceur, nous survolons la forêt, impatient de voir cette crevasse géante dont on nous a tant vanté la beauté.
  C’est Bernard qui découvrira le merveilleux spectacle en premier. Soudain, juste avant la falaise, le pilote nous envoie une musique à fond dans le casque puis plonge dans le canyon : émotion et frissons garantis. Il faudra ensuite savoir s’il s’agit de « Ainsi parlait Zarathoustra » comme le dit Elisabeth, de Strauss pense t’elle, ou « la symphonie du nouveau monde » comme le pense Bernard. 
C’est absolument grandiose. Outre la musique, le casque nous donne les explications de ce spectacle géant. Tout se passe en douceur, c’est trop beau ces paysages, trop grand pour entrer dans l’objectif de nos petits appareils. Heureusement Henry filme !

Sur le Colorado, tout au fond de cette gigantesque crevasse, on distingue même des petites embarcations. C’est calme, reposant, même pas peur, pour aucun des passagers. Cela passe si vite que l’on regrette de ne pas avoir pris le tour de 50 minute, les 25 minutes dont nous bénéficions c’est vraiment court.
A la sortie, nous récupérons les photos souvenir et un CD et nous partons à la recherche d’un distributeur de billet.

Cela tombe bien il y en a un en face du General Store de Tusayan. Et là on fera chauffer la CB : achat de coupe vent en prévision de la fraîcheur de San Francisco, album photo, teeshirts, quelques gadgets et des cartes postales !
En route vers le parc et le péage. Pas de Pass et pas question de nous croire sur parole, nous payons et nous pourrons nous faire rembourser lors de notre sortie en présentant le pass et les actuelles preuves de paiement.
Avant de rendre la chambre, nous nous offrons une dernière petite promenade pour aller voir l’hôtel « El Tovar »auquel nous avons préféré les petites cabanes individuelles.
Maintenant c’est bon, nous partons à l’aventure, rien n’est réservé pour ce soir ! A la sortie du parc, tout se passe bien, nous sommes remboursés !

C’est un peu plus tard, qu’Elisabeth nous dira avoir vu sur Internet que la Musique était celle de « ainsi parlait Zarathoustra » de Richard Strauss, inconnu au bataillon. Elle aura quand même essayé ( et ça a marché une journée ! ) de nous faire croire qu’elle avait la culture et l’oreille musicales.



                                       
Créer un site
Créer un site